Jui
17

Le Delta du Saloum

compte désormais parmi les valeurs universelles exceptionnelles du Sénégal. Son inscription sur la prestigieuse liste de l’Unesco est gravée sur une plaque commémorative dont la pose a eu lieu vendredi dernier à Toubacouta dans la région de Fatick.



Après l’île de Gorée, les Parcs de Djoudj et de Niokolo Koba, la ville de Saint-Louis et les mégalithes, le Delta du Saloum complète désormais la longue liste des sites classés Patrimoine mondial au Sénégal. Le Delta du Saloum rejoint ainsi les 911 sites exceptionnels de l’Unesco. "L’inscription du Delta du Saloum sur la liste du Patrimoine mondial veut dire que nous avons une valeur universelle exceptionnelle. Ça veut dire que nous faisons partie des 911 sites reconnus comme étant un Patrimoine mondial", a indiqué Hamady Bocoum, directeur du Patrimoine, rapporte l’Agence de presse sénégalaise. Le Delta du Saloum qui couvre 500 000 hectares constitué de mangrove, de coquillages et d’îles artificielles surmontées de tumulus funéraires.


M. Bocoum estime que le Sénégal est aujourd’hui, le pays d’Afrique de l’Ouest qui a le plus grand nombre de sites inscrits sur la liste du Patrimoine mondial. "Cette consécration a été rendue possible par une gestion rigoureuse des ressources du Delta", indique pour sa part Awa Ndiaye, ministre de la Culture, du Genre et du Cadre de Vie. Cependant, le ministre a insisté sur le fait que "le classement d’un site au Patrimoine mondial implique aussi des contraintes dont l’une des plus importantes est la préservation des valeurs pour lesquelles ce bien a été inscrit". En ce sens, elle souligne ainsi que "nous devons, à l’image des femmes du Delta du Saloum, être vertueux dans les autres domaines qu’il s’agisse des expressions culturelles, du tourisme, de l’artisanat ou de la pêche".
Awa Ndiaye pense donc qu’il faut "communiquer, beaucoup communiquer car sans ce travail, nos messages ne passeront pas et certains agiront, peut-être par ignorance, à l’encontre des valeurs universelles exceptionnelles du Delta". Il a ainsi louer les femmes du Delta du Saloum pour le rôle qu’elles ont joué "dans le combat pour l’inscription de ce site sur la liste du Patrimoine mondial". Dans ce dessein, elle leur dira : "vous compreniez que le monde entier a reconnu votre œuvre et, le travail que vous avez accompli, constitue le socle sur lequel nous allons assurer tous et toutes ensemble le futur de cette belle région".


Christian Ndombi, conseiller pour la culture au bureau régional de l’Unesco, Breda, exhortera les populations à la protection, la conservation et la promotion du Delta du Saloum. "Une responsabilité, selon ses propos, qui incombent à tous les acteurs". Outre le ministre, le représentant de l’Unesco et le directeur du patrimoine, des députés, des élus locaux, des autorités administratives du département de Foundiougne. A cette occasion, l’officiel de l’Unesco a invité le gouvernement du Sénégal à créer une véritable synergie entre les ministères, notamment ceux de l’Environnement, du Tourisme et du Commerce, pour "une véritable symbiose et que véritablement, le Delta du Saloum puisse être promu".


DELTA DU SALOUM PATRIMOINE DE L’UNESCO : C’était presque prévisible !


En 2005 déjà, le Delta du Saloum avait été admis au sein du club très fermé des "Plus Belles Baies du Monde". Mais avant cet honneur, le parc jouissait d’une reconnaissance internationale liée à la diversité et la particularité de ses habitats. En effet, il a été classé Réserve de Biosphère en 1981, site Ramsar ou zone humide d’importance internationale depuis 1984 et premier site Ramsar transfrontière en Afrique avec le Parc national de Niumi, Gambie, en 2008. Sa candidature à l’inscription sur la liste du Patrimoine Mondial mixte (naturel et culturel) examinée par l’Unesco en avril 2011 avait ainsi tous les atouts de passer.
Situé au centre-ouest du Sénégal, dans la région naturelle du Sine Saloum, le Delta du Saloum s’étend sur environ 500 000 ha. A cheval entre les régions de Thiès et de Fatick à 80 km à l’ouest de la ville de Kaolack, il combine les caractéristiques d’une zone humide, marine, estuarienne, lacustre et palustre d’une beauté exceptionnelle. Il abrite le Parc national du Delta du Saloum créé en 1976 qui est assis sur 76 000 ha et se caractérise par la présence de trois principaux milieux écologiques. Il s’agit d’un domaine continental riche en forêts et limité dans sa partie basse par la mangrove et les tannes, d’un domaine amphibie composé de trois grands groupes d'îles bordés par un réseau dense de chenaux entourés de mangroves et d’un domaine maritime.


Les trois milieux qui composent le Delta du Saloum ont des fonctions relativement différentes et sont fortement dépendants du point de vue de leur fonctionnement, leur dynamique et leur évolution. La diversité des paysages et des écosystèmes particuliers constitue un enjeu fondamental pour la conservation de ce site naturel, culturel et historique exceptionnel de par les différentes fonctions qu’il joue et remplit. Le Parc national du Delta du Saloum est le troisième site d’importance ornithologique de l’Afrique de l’Ouest après le Banc d’Arguin en Mauritanie et le Djoudj au Sénégal. Il accueille annuellement le quart de la population mondiale de sternes royales -Sterna maxima albidorsali- et constitue l’un des premiers sites d’hivernage et de reproduction de cette espèce dans le monde. Il est aussi un important quartier d’hiver pour les oiseaux migrateurs du paléarctique.
Fait rare, cette région abrite une dizaine de couples du plus grand héron du monde, le Héron goliath. Le Delta du Saloum constitue, également, le 6e estuaire dans le monde pour sa diversité ichtyofaunique avec 114 espèces de poissons. Il représente aussi un important site de reproduction et d’alimentation de la tortue marine, du lamantin et du dauphin Souza. Par ailleurs, le Delta du Saloum renferme d’importants sites d’amas coquilliers qui témoignent d’une occupation humaine très ancienne de la zone et des activités productrices qui y étaient exercées alors. Actuellement, l’inventaire réalisé avec la coopération de l’Uicn a permis de répertorier 218 amas dont 28 ont été transformés en nécropoles et contiennent des inhumations en tumulus.


CRISE CLIMATIQUE ET DEGRADATION DES ECOSYSTEMES… : Ces menaces qui planent sur le Delta du Saloum


Bien que admis sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco, le Delta du Saloum n’échappe, malheureusement, pas aux menaces qui pèsent sur l’ensemble des zones humides d’Afrique de l’Ouest. Et, une analyse évolutive des ressources du site témoigne nettement d’une dégradation de ses divers écosystèmes constitutifs. Une tendance régressive est signalée pour tous les écosystèmes et pour le plus grand nombre des espèces animales et végétales. Cette régression s'accompagne d'une perte de la diversité floristique, d’une fragmentation des écosystèmes et de menaces de perte d’habitats. Les forêts galeries sont les plus menacées dans la partie continentale.


Par ailleurs, la crise climatique, caractérisée depuis la fin des années 60 par une forte réduction des précipitations, a entraîné la salinisation des sols et des eaux s’accompagnant dans tous les estuaires d’une dégradation de l’écosystème de mangrove - diminution de la taille des palétuviers avant une disparition totale - remplacé progressivement par des tannes à sols sulfatés acides. Dans l’estuaire du Saloum, un tel phénomène s’observe à partir de 40 km en amont de l’embouchure alors qu’au-delà de Foundiougne, il n’y a plus de mangroves.


Des salinités allant jusqu’à 130 % ont été mesurées dans l’aquifère présent en dessous des tannes. Cette dégradation de la mangrove s’accompagne d’une profonde modification de la faune. On a en effet observé une réduction du nombre des espèces et du nombre d’individus d’ostracodes et de foraminifères au fur et à mesure que l’on avance en amont du Delta du Saloum. Ces effets du changement climatique sur les baies sont de plus en plus accentués par la pression accrue sur les ressources comme la pollution de l’environnement, la dégradation des ressources naturelles, etc.
Face à ce phénomène, les "Plus Belles Baies du Monde" ont organisé, en marge du 7ème congrès qui s’est tenu cette année, un colloque scientifique regroupant les Baies membres de l’organisation pour réfléchir sur la problématique des changements climatiques sur les baies notamment le Delta du Sine Saloum. Le Delta du Sine Saloum qui présente des caractéristiques particulières en matière de changements climatiques a ainsi accueilli cette rencontre internationale qui a facilité le partage d’expériences et de bonnes pratiques entre différentes baies et permis d’amorcer une nouvelle croisade contre ce défi mondial.


Au cours de cette rencontre, qui débattait des "baies face aux défis du changement climatique: quelles stratégies d’adaptation des acteurs locaux", environ deux cents participants d’une trentaine de baies venant d’Europe, d’Amérique, d’Asie, d’Afrique y ont pris part. Avec la notable participation des régions partenaires de la région de Fatick, de l’Association internationale des régions francophones (Airf), du Forum global des associations de régions (Fogar), du Pnud, des Directions nationales, des instituts de recherche, des services techniques de la région, des Ong qui œuvrent dans le domaine de la gestion des ressources naturelles et des populations locales. Ce colloque a favorisé un dialogue constructif et aidé à éclore des solutions innovantes et durables.
ZOOM SUR … : Les "Plus Belles Baies du Monde" en quelques mots
Les "Plus Belles Baies du Monde" est une structure qui regroupe les plus beaux sites littéraux de la planète. Ceci pour en faire des espaces internationaux de référence en matière, notamment de gestion durable et de protection de l’environnement. Cadre de rencontres, d’échanges, de partages et de réflexions pour la promotion, la protection et la conservation de l’environnement écologique et des paysages naturels, les "Plus Belles Baies du Monde" se veut, aujourd’hui, une référence internationale pour un aménagement durable de l’espace côtier. Cette association compte à travers le monde, une trentaine de baies basées dans plus de vingt pays et qui partagent quasiment les mêmes problématiques. Du fait de leurs impacts observés ou attendus sur les systèmes naturels, économiques et humains, les changements climatiques posent actuellement des défis énormes à toute l’humanité.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

A.Art Studio  Copyright © 2012 Le Delta du Saloum - Tous droits réservés